L'Ateuchus

 

Fondé en 2003 et porté aujourd’hui par Gabriel Hermand-Priquet et Virginie Schell, L’Ateuchus est né de la volonté de questionner et d’expérimenter la transversalité des pratiques artistiques qui se croisent dans le champ de la Marionnette, d’en trouver les zones de rencontre et de les mettre en mouvement. La recherche d’une écriture contemporaine du théâtre de Marionnette est l’un de ses moteurs.


Ce travail s’est illustré avec des spectacles tels que L’Avorton Volant et Prélude à la fuite tous deux co-produits par le TJP, CDN de Strasbourg. L’Ateuchus a approfondi sa réflexion en questionnant un ancrage d’une écriture contemporaine dans le terreau des traditions avec les spectacles de marionnette à gaine chinoise No Rose... et Duels, jouant des traditions, des conventions et des clichés de la Marionnette.


En parallèle, L’Ateuchus, tend à formuler depuis ses origines une pédagogie autour de la relation marionnette/marionnettiste que l’on pourrait synthétiser par une exploration des différents statuts du corps, de l’objet et des relations qu’ils induisent. Ce travail se développe sous formes de stage et d’interventions, dans le cadre de collaborations avec diverses structures, notamment l’Éducation Nationale, l'Université Lyon II, le Théâtre de la Cité internationale (Paris), l’Institut International de La Marionnette (Charleville-Mézières).


Durant trois ans, L’Ateuchus a mené une résidence d’artiste et de médiation culturelle au sein du Lycée Armand Malaise en partenariat avec l’Institut International de La Marionnette, la Drac Champagne-Ardenne et le Rectorat de l’Académie de Reims. Le court-métrage Je est un autre, cet autre est objet de je(u), a été produit et réalisé par la compagnie au cours de cette résidence. Suite à cette expérience l'action artistique est devenue un pan à part entière du travail de la compagnie


Parallèlement, la recherche que poursuit L’Ateuchus l’amène à collaborer régulièrement avec d’autres compagnies telles que Les Transformateurs, la Cie Pseudonymo, le Théâtre Nouvelle Génération ainsi qu'avec le MAM (Musée des Arts de la Marionnette de Lyon) en tant que membres du comité scientifique travaillant à la refonte des collections du Musée.


Depuis 2011, L’Ateuchus porte en collaboration avec l'association Sur le fil de Baty le projet La BatYsse, lieu dédié aux Arts de la Marionnette dans la Maison Gaston Baty qui reçoit le soutien de la Drac Auvergne-Rhône-Alpes, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le Département de la Loire et la commune de Pélussin.

Gabriel Hermand-Priquet

Diplômé de l’École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette (ESNAM), il crée en 2003 le solo l’Avorton Volant ou appétits pas dupes et la compagnie l’Ateuchus qu’il porte aujourd’hui avec Virginie Schell. Depuis plus de dix ans, il entretient une relation artistique suivie avec Roman Paska et intègre en 2003 sa compagnie Dead Puppet. Parallèlement, il suit l’enseignement du danseur improvisateur Julyen Hamilton. Pendant plusieurs années, il se forme à la technique de la marionnette à gaine chinoise auprès du maître chinois Yeung Faï. Il développe également un travail pédagogique sur les principes sous-jacents aux techniques de marionnette. Par ailleurs, il collabore régulièrement avec diverses compagnies de théâtre, danse ou cirque en tant que conseiller artistique, constructeur, ou interprète.

Virginie Schell

Formée comme comédienne au Compagnonnage de la compagnie les Trois-Huit, elle prend part à la création de l’Olympique Pandémonium, coopérative d’acteurs tout en poursuivant son travail au sein d’autres équipes. En 2005 elle s’initie à la danse/improvisation auprès de Julyen Hamilton dont elle suit régulièrement l’enseignement depuis. Cette même année, elle rencontre Gabriel Hermand-Priquet et se forme avec lui à la construction et à l’animation de marionnettes. Elle poursuit sa collaboration avec d’autres compagnies comme comédienne, marionnettiste, dramaturge ou constructrice notamment au sein des compagnies Claquettes Prod, Pseudonymo et Succursale 101. Depuis quelques années sa recherche sur l’espace, la composition s’est concrétisée sous forme d’un travail photographique et vidéo.