Présentation de stage

 

La Marionnette est pour moi cet objet de lien entre les mondes, cet objet que l’on pose entre nous et qui crée un espace de jeu, un espace où se partagent les je. Comment à travers cet objet entre-t-on en relation avec ces je, avec ces singularités et ces intimités, de ceux qui regardent comme de ceux qui le meuvent ? Comment ces relations mettent en mouvement non seulement l'objet lui-même mais aussi tout ce qui résonne à travers lui ? Comment cet objet de jeu ouvre-t-il sur cet espace de résonance des je ? En quoi entrer en relation avec cet objet, que l'on soit spectateur ou acteur, c'est participer à son animation ? Ce sont ces questions qui sous-tendent ma pratique de marionnettiste et c'est à travers elles que nous aborderons le travail de ce stage jouant avec la distinction entre animer et manipuler.

 

Dans un premier temps, l’objet de jeu ne sera pas la marionnette, ni même un objet à proprement parlé. Pour décliner ces relations de je(u), au rythme de chaque groupe et avec chacun des participants, nous commencerons à faire jouer les articulations de notre propre corps, les articulations qui le relie au monde. Puis, passant par celles que l’on peut tisser avec une feuille de papier de soie, des bambous et leurs imaginaires rhizomes, en groupe ou individuellement, pas à pas, nous parcourrons cette vision de la Marionnette comme objet transitionnel.

Le travail ainsi proposé tendra à éprouver physiquement la relation corps/objet. Puisant à la fois dans ma pratique de la danse improvisation, de l'Aïkido et d'autres enseignements corporels, je m'attache à construire une pédagogie autour de cette question que l’on pourrait synthétiser par une exploration des différents statuts du corps, de l’objet et les relations qu’ils induisent.

Ce travail pourrait être défini comme la recherche de la formulation d’une technique sous les techniques de marionnettes, qui permettrait d’envisager la Marionnette comme une pratique ne dépendant pas de telle ou telle technique de manipulation. Il s’adresse ainsi tout autant à des marionnettistes confirmés, leur proposant une approche particulière de l’animation des marionnettes, qu’à des danseurs, comédiens, ou toute autre personne n’ayant aucune expérience spécifique avec la Marionnette. La progression pédagogique permettra à chacun d’acquérir pas à pas le vocabulaire tant corporel que verbal de cette vision de la Marionnette.

Gabriel Hermand-Priquet